lundi 2 août 2010

Bosser en freelance, comment ça marche?

Parut sur Biblond n°14:


Il faut de l'audace pour se lancer en freelance, mais l'indépendance comporte bien des avantages. Comment s'y prendre? Est-ce fait pour vous? Rencontre avec trois coiffeurs solos d'horizons différents.

Matthieu Aussel, coiffeur studio et formateur freelance:
"Travailler en freelance me permet de me réaliser, de m'amuser, confie Matthieu Aussel. Ma carrière a trouvé un nouveau souffle."
Directeur artistique au sein du groupe Vog pendant sept ans, il bénéficie du réseau professionnel qu'il a tissé grâce à son expèrience de salarié: "Je connias des photographes, des maquilleurs, mais aussi des grossistes ou des académies. Cela m'a facilité la tâche." Hors primes, Matthieu Aussel gagne actuellement autant que lorsqu'il était salarié. Il a choisi le statut d'auto-entrepreneur, particulièrement adapté à sa situation. "Cela me permet de cumuler mon activité en freelance avec des jobs salariés occasionnels", précise-t-il. Un conseil pour ceux qui se lancent? "Créer un site internet digne de ce nom et surveiller son référencement."

Françoise Martin, coiffeuse à domicile
Après huit ans en salon, Françoise Martin s'est mise à son compte. Elle a créé une SARL, Freelence coiffure, et exerce majoritairement chez les particuliers. "J'ai construit ma clintèle grâce aux Pages Jaunes et à internet, explique-t-elle. Ensuite, il faut tout miser sur le bouche-à-oreille." Cette coiffeuse continue d'exercer en salon occasionnellement. Elle s'occupe alors des extensions. "J'apporte mes compétences en la matière. Cela facilite le quotidien du salon, qui dégage une marge sur ma prestation."
La plus grande difficulté du coiffeur freelance d'après elle? "Les périodes très calmes....", pendant lesquelles il faut prendre son mal en patience et continuer de prospecter.


Sergio Chessari jougle entre défilés, particuliers et photos
Après cinq ans de bons et loyaux services chez Toni & Guy, Sergio Chessari a choisi de travailler en solo. Il a ainsi gagné en liberté, ce qui lui permet de coiffer pour des défilés ou des photos, activités qui lui tiennent particulièrement à coeur. "Lorsque je coiffe à domicile, je dois apporter un service irréprochable, explique-t-il. La cliente qui choisit de m'appeler le fait pour la qualité de la coupe." Sergio Chessari a consolidé sa clientèle grâce au bouche-à-oreille: "Certaines clientes m'envoient beaucoup de leurs amies. J'ai également des clients que j'avais connus en salon, qui ont choisit de me suivre."

Good bye Beard

Shooting Nana Tisley Booking Agency _ coiffures Laurent Micas