samedi 21 janvier 2012

Le Kult du Rock (et de la coiffure)

Rien ne se perd, tout se transforme.
C'est ainsi que lorsque le salon niçois Rock des Coiffeurs, a fermé ses portes, son énergie est restée vivante, ranimée par les anciens employés du salon.


Magali, varoise d'origine, a fait son apprentissage sur Nice avant d'intégrer l'équipe de Rock des Coiffeurs. Elle a pu s'y épanouir pendant 4 ans avant que celui-ci ne ferme.
C'est alors qu'elle a choisi d'ouvrir son propre espace: Kult de la Coiffure. Un salon dans lequel elle a investi toute sa force professionnelle. Elle a souhaité recréer l'énergie et l'ambiance qui lui plaisaient tant dans son ancien salon en y ajoutant sa touche d'organisation.


Lorsque je suis venu à la rencontre de Magali, j'ai découvert un local où tout inspire à la convivialité. Pêle-mêle dans ce salon aux pierres apparentes, je vois un vieux vélo accroché à la balustrade de la mezzanine, un Bouddha, un lustre baroque, un drapeau arc-en-ciel, une horloge de gare, des silhouettes de magazines découpées et collées partout sur les murs de l'escalier et, surtout!, trois visages souriants qui m'accueillent chaleureusement.


Aimant connaitre tous les points de vue et avis différents, j'ai alors interrogé Christophe et Jennifer (Antoine était au CFA ce jour-là), employés de Kult de la Coiffure:

Laurent Micas: Comment êtes-vous arrivés dans ce salon?
Jennifer: Je passais devant. J'ai eu comme un déclic en voyant la vitrine: c'était le salon que j'imaginais pour moi. Dès que j'ai pu, je suis revenue pour me présenter à Magali chez qui j'ai fait quelques stages avant de faire un contrat pour mon BP. 
Christophe: Je travaillais à Saint-Laurent-du-Var, Magali avait entendu parler de moi par des clientes et elle m'a appelé directement afin que nous nous rencontrions. Le contact a été immédiat entre nous deux. 



Laurent Micas: Qu'appréciez-vous particulièrement dans le salon Kult de la Coiffure
Christophe: Le travail y est fini, précis et jamais bâclé. Tout s'y fait de façon simple et sincère. 
Jennifer: J'aime beaucoup l'ambiance et le relationnel ici. La clientèle est plutôt jeune, nous nous comprenons alors assez facilement. 

Laurent Micas: Quel conseil voudriez-vous partager aujourd'hui?
Christophe: Osez!  Osez faire des choses inattendues. Stoppez l'auto-censure. Autant pour les coiffeurs que pour nos consommatrices. 


Laurent Micas: Et côté produits?
Jennifer: J'ai une grosse clientèle masculine. Et sur les hommes, j'utilise souvent Totaly Baked de Tigi. C'est une mousse "meringue" texturisante qui s'applique sur cheveux humides. En séchant, les cheveux ont un galbe et un volume très intéressants et faciles à placer. 

Laurent Micas: Je vous sens tous les deux très impliqués dans ce salon. Dans quelle direction aimeriez-vous que Magali fasse évoluer Kult de la Coiffure avec vous?
Christophe: J'aimerais que nous développions un pôle maquillage. C'est un sujet qui m'intéresse beaucoup. J'aime à m'y essayer. Le maquillage me semble complémentaire de la coiffure. 


Pendant cette entrevue, Magali, appliquée, continue de s'occuper des clients. Je la vois prendre son temps dans les finitions de son travail. Elle discute et rit avec tous, tout en gardant un oeil sur les couleurs et balayages.
Je reviens à elle pour lui poser cette ultime question: Quel avenir imagines-tu pour ton salon et toi?
Magali: Dans un premier temps, j'aimerais pouvoir changer de local. Trouver quelque chose de plus grand et de mieux placé dans Nice. Ainsi, je pourrais aussi agrandir l'équipe. Ensuite, je voudrais ouvrir un autre salon à l'étranger et pouvoir imaginer des échanges entre les deux.... Un jour...

Good bye Beard

Shooting Nana Tisley Booking Agency _ coiffures Laurent Micas